La chronique de l'invité du mois : Piranha, Piranha 3D, Piranha 3DD

La chronique de l’invité du mois : Piranha, Piranha 3D, Piranha 3DD

Il y a des films qui vous transportent ; Des moments de cinéma où l’alchimie entre le spectateur et l’œuvre est totale. Certains appellent ça l’osmose cinématographique, d’autres parlent de la synergie tchi – tcha (pour les nostalgiques de Canal +).

Pour ma part, avec Piranha, cela a presque été le cas. Avec Piranhas 3D, son remake, on s’en est rapproché encore un peu plus et avec Piranhas 3DD (la suite du remake) pas du tout du tout …

Piranha

image

Tout commence un beau soir d’été en Arizona. Il est 2h du matin et nous suivons un couple d’étudiants à la recherche d’un endroit où camper. Une légère brume à l’américaine commence à apparaître, la lune est pleine, il fait bon. Dans leur quête de campement, les jeunes tombent sur une pancarte « No Trespassing » (référence directe au Citizen Kane de Mr Welles) mais, Barbara voyant au loin un bassin, insiste pour aller faire trempette. David la suit sans trop rechigner sachant qu’elle se baignera en habit d’Eve, et lui d’Adam … La baignade se passe à merveille jusqu’à l’arrivée de nos petits gloutons qui s’empressent de croquer à pleines dents nos étudiants.

Inquiétée par la disparition du couple, Maggie McKeown, détective de son état, sollicitera l’aide de Paul Grogan, un alcoolique du cru, pour mener l’enquête.

image

Ils découvriront bien vite que l’armée a réussi à créer une « super race de poissons aux dents de rasoir » dans le but ultime de détruire une infrastructure nord – vietnamienne … Malheureusement pour certains (et bien heureusement pour nous) les bébêtes aquatiques quittent leur bassin militaire pour se diriger vers une colonie de vacances et un parc aquatique.

Trois ans après les dents de la mer (Jaws / 1975) et son succès mondial, ce petit margoulin de Joe Dante décide de surfer sur la vague en proposant une série B, Piranha. Malgré un scénario bateau, le film est très plaisant à plusieurs points de vue.

Le casting est de qualité. Joe a fait appel à des pointures du genre et il est agréable de retrouver Barbara Steele (« Frissons » de Cronenberg et une tripotée de films d’horreur italiens des années 60) et Kevin McCarthy (« Hurlements », « l’Aventure intérieure »).

Les clins d’œil sont légion et réjouissent le spectateur. Au début du film, la détective joue à Jaws sur une borne d’arcade ATARI (d’ailleurs, la légende veut que Steven considère Piranha comme une très bon hommage et il accorda ainsi à Joe la réalisation de Gremlins en 1984).

image

Les références s’enchaînent, passant de Moby Dick aux films de monstres aquatiques des années 50.

L’amateur du genre appréciera aussi l’humour décalé, l’apparition de quelques nichons, le massacre de la colonie de vacances (enfants et animatrices compris) et le grand buffet final dans le parc aquatique.

Au – delà d’un slasher classique, Dante y dénonce aussi gentiment le système capitaliste (par le biais du directeur du camp de vacances, aveuglé par les billets verts, qui n’ira pas à la rescousse de ses protégés en train de se faire manger) et montre les dérives militaristes sans toutefois rentrer dans un combat politique.

Petite cerise sur le bateau, les effets spéciaux mécaniques du jeune prodige Rob Bottin (« Hurlements », « The Thing » de Carpenter, « Robocop » de Verhoeven …) ont sacrément bien vieillis.

image
image

Un film qui ne manque pas mordant !

Piranha 3D

Dante avait été inspiré par l’œuvre de Spielberg, Alexandre Aja l’a été par celle de Dante et signe donc en 2010 le remake de Piranha, Piranha 3D.

image

La caméra balaye un paysage désertique et montagneux, on se croirait presque dans « la colline a des yeux » (Aja). Nous nous retrouvons sur le Lac Victoria où Matt Hooper (Richard Dreyfuss, accessoirement l’océanographe des dents de la mer s’il vous plaît !) profite d’une retraite bien méritée en buvant quelques binouzes et en taquinant le goujon. Malencontreusement, ce dégueulasse jette ses bouteilles vides dans le lac, provoquant une faille d’où s’échappent pléthores de piranhas préhistoriques (retenus dans un lac souterrain) prêts en a découdre avec l’anti – écolo.

image

Non loin de là Jake, un gentil intellectuel – puceau de 17 ans, prend soin de sa fratrie pendant que maman (interprétée par Elisabeth Shue, la girl friend de Michael J. Fox dans Retour vers le futur 2 et 3), shérif de son état, essaie de gérer le grand événement de Pâques.

Pâques est pour moi une invitation à la redécouverte du jardin, la recherche des œufs en chocolats ou autres gourmandises. Pour la ville de Victoria Lake, on y va à cette saison, pour d’autres friandises … Le Spring Break* !

image

Autant dire que la gestion de ce type de cérémonie est difficilement gérable, les étudiants n’étant pas là pour enfiler les perles, préférant les concours de tee – shirts mouillés et le mauvais alcool à la lecture de Deleuze ou de Maurice Patronnier de Gandillac (que je vous conseille).

Notre Jake se fait donc entraîner par un réalisateur de vidéo porno, Derrick (joué honnêtement par Jerry O’Connell), à la recherche d’un bon spot pour filmer ces cochonneries.

image

En parallèle, la shérif découvre avec son adjoint la dépouille de ce pauvre Matt et décide d’accompagner une équipe de biologistes dans la faille sous – marine. Grave erreur stratégique ! Ils découvrent la présence d’œufs dans les profondeurs ainsi que plusieurs centaines de petits poissons affamés. La moitié de l’équipe se fait joyeusement croquer en essayant tant bien que mal de remonter à la surface (sans les jambes, c’est quand même plus compliqué). Ils arrivent malgré tout à récupérer un spécimen et décident de faire appel à un expert en la matière, Mr Goodman (Christopher Lloyd, le Doc de Retour vers le Futur).

image

L’expert est formel, non de Zeus, ça pue du cucul (et ce n’est pas la pire analyse !) ! Ces poissons sont préhistoriques et ont une sacrée fringale. Le passage maintenant ouvert, ils sont en partance pour aller croquer de l’étudiant.

image

Aja propose un bon moment de série B, une farce que l’on prend plaisir à regarder. Il s’amuse à faire monter la pression en enchaînant les morts et les situations déjantées (par exemple, un policier se faisant bouffer les pieds et combattant des piranhas à coup d’hélices de bateau). Le gore est au rendez-vous (300 000 litres de faux sang, un record !), les guests – stars sont aussi de la partie (alors oui effectivement, il n’y a pas Rihanna ou Lady Gaga mais on peut compter sur de nombreuses stars du X), l’humour est présent sans tomber dans le lourdingue graveleux …

Les effets spéciaux, ahhh les effets spéciaux !!! Eh bien ils sont réussis ! Les corps se déchirent sous l’action dévastatrice des quenottes des monstres aquatiques. Les piranhas n’ont pas pris une ride malgré les années et restent très réalistes et impressionnants. La 3D quant à elle n’a pas grand intérêt si ce n’est pour quelques effets chocs. Dommage …

image

Aja maîtrise donc le sujet et rend une copie très honnête, nous offrant même quelques moments de poésie avec un ballet érotico – aquatique sur fond de musique classique (« Duo des Fleurs » de Léo Délibes – Lakmé).

image

Piranha 3DD

Pour cet épisode, Gullager n’a pas été inspiré …

image

En 2012 est sorti Piranha 3DD (2 fois plus de gore et de nichons …) de John Gullager … Et là, la barrière a été cassée, la frontière est dépassée, le cochon est dans le maïs et les mouches ont changé d’âne … On se retrouve alors un an après la boucherie (poissonnerie !) du Spring Break de Victoria Lake. Le complexe aquatique du coin, le Big Wet Water Park, va ouvrir ses portes, laissant quartier libre à des hordes d’étudiants en mal de sensations fortes mais aussi et surtout à des piranhas affamés.

Je n’étais pourtant pas trop exigeant concernant ce film, je pensais savoir à quoi m’attendre mais qu’elle ne fut pas mon erreur ! Le scénario est mauvais, un copié – collé raté du film d’Aja, les personnages sont quelconques (malgré des poitrines ultra – ultra généreuses [effet 3DD oblige]). Rajoutons à cela du très mauvais goût, du régressif, des plans sans grand intérêt et des effets spéciaux pas très spéciaux …

Seul David (the Hasselhoff, d’Alerte à Malibubu !) parvient à garder le cap, jouant son propre rôle d’acteur de série et enchaînant les inaugurations de parcs aquatiques.

image

Je ne m’attarderai pas plus sur ce film et n’aborderai pas « Piranha 2, les Tueurs volants » (la suite du Piranha originel sortie en 1981 et réalisée par James Cameron) en espérant être sollicité par Mme Tchernio pour  une nouvelle chronique ;)

Jean – Jérôme

Ami lecteur, étant friand (et je ne parle pas de petit pain en pâte feuilletée, fourré de chair à saucisse) de jeux de mots pourris, sauras-tu retrouver les bons mots cachés dans ce texte ??

* traduction : « semaine de relâche ». En Amérique du Nord, un congé d’une durée d’une semaine ou deux a lieu traditionnellement, selon les régions, à la fin de l’hiver ou au début du printemps. Il est appelé selon les régions congés de mars, congés du printemps, pause de mars, pause du printemps, relâche du printemps, semaine de relâche, vacances du printemps ou vacances d’hiver (March Break, Spring break ou Study Week en anglais). Certains étudiants se rendent dans un pays tropical ou une station de ski alors que de nombreuses familles en profitent pour faire des activités de plein air. Merci qui ? Merci Wiki !